filler

           1j2p -->>articles jardin

Les bonsaï: culture et taille


(Par Agathe Prost)

Les bonsaï

image d'un pin conduit en bonsaï
   Les bonsaï sont une tradition asiatique qui puise ses origines dans la culture chinoise et qui s’est largement diffusée dans les pays limitrophes.
Littéralement l’appellation Bonsaï désigne un paysage en pot. Initialement ils pouvaient atteindre jusqu’à plus d’un mètre de haut et les tendances au minimalisme ont réduit considérablement cette pratique. Toutefois, dans la culture du bonsaï, il ne doit pas être une miniature mais il doit, avant tout, exprimer la force de l’arbre. Il doit rassembler toutes les caractéristiques structurelles d’un grand arbre. Afin de comprendre cette approche il faut que le bonsaï que l’on taille et entretient puisse être confondu en arrière-plan avec un bel arbre centenaire, que l’on verrait plus petit du fait de la distance.

Traditionnellement les bonsaï ne sont pas classés par essence mais par taille et plus précisément par le nombre de mains qu’il faut pour porter le pot qui le contient!
Ainsi Mama ou Shôhin désigne un bonsaï contenu dans un pot que l’on porte à une seule main (jusqu’à 23 cm)
puis viennent les Komono : le pot nécessite deux mains pour être porté (jusqu’à 60 cm)
et enfin les Ômono pouvant atteindre 1,20 mètre, ces pots nécessitent quatre mains pour être portés, ces derniers nécessitaient également des rempotages réguliers que l’on imagine volontiers comme étant fastidieux.
La culture bonsaï est, à ses origines, très protocolaire, comme une cérémonie du thé.


La taille, le rempotage et l’arrosage des bonsaï

La culture des bonsaï demande un hivernage sous serre
Tout l’art des bonsaï réside dans la taille précise de l’arbre. En effet, il faut limiter sa taille tout en lui laissant suffisamment de parties aériennes afin qu’il puisse correctement se développer.

Pour ce qui est de la taille d’un bonsaï comme d’un arbre plus grand d’ailleurs, il convient de distinguer deux types de taille : la taille de structure qui va lui donner sa forme et la taille d’entretien qui va lui permettre de maintenir et d’affiner la forme souhaitée. Tailler son bonsaï régulièrement vous permettra de ralentir la pousse de certaines parties et de le forcer à en développer d’autres dans le but de lui donner la forme que vous souhaitez.

La taille des bonsaï est à effectuer avec des ciseaux ou sécateur selon la coupe désirée.
Toutefois nous vous conseillons de pincer entre vos doigts les extrémités trop longues de vos bonsaï si ce sont des conifères. En effet une coupe nette avec des ciseaux risque d’entrainer le séchage du feuillage alentour ainsi que de la branche coupée. Le feuillage mais également les racines doivent être entretenus. Sans racines entretenues, un bonsaï n’arrivera pas à réduire son volume. Le volume des racines sera sensiblement le même que celui du feuillage. La coupe des racines peut être faite lors du rempotage.

L’arrosage des bonsaï dépendra quant à lui de l’essence, l’exposition de ce dernier mais également de la saison. S’il est en intérieur ou en extérieur il ne captera pas la même humidité résiduelle. Un ficus ou un bonsaï en général supportera mieux une petite carence d’arrosage plutôt qu’un excès d’arrosage. En effet, une terre trop humide peut entrainer le développement de moisissure et de champignons préjudiciables au bonsaï. Lors du rempotage il faut penser à procéder à un arrosage généreux afin de ne pas causer de stress supplémentaire à la plante.

L’entretien d’un bonsaï doit être constant et régulier afin de lui permettre de développer toute sa puissance.

Le rempotage s’effectue une fois par an voire une fois tous les deux ans. Il est nécessaire pour apporter de nouveaux nutriments à la plante. L’opération de rempotage permet de tailler les racines si ces dernières sont trop importantes.




Les styles de Bonsaï

L’art du Bonsaï est un art très codifié qui répond à des nuances multiples. A l’image des sinogrammes chinois et des kanjis japonais une simple branche ou inclinaison de tronc peut faire varier son appellation et sa symbolique.

Pas moins de 18 styles de bonsaï sont classiquement répertoriés. Ainsi on peut retrouver ceux qui ont des troncs fendu et déchirés, les Sabamikis ou bien encore les Ishitsuki, ceux-là représentent les côtes maritimes du Japon, les bonsaï sont plantés dans des roches factices qui contiennent de la terre. Ou encore les Neagaris dont les racines sont au-dessus du niveau de la terre. Quelle que soit la famille de bonsaï l’entretien requis est le même, seule la taille sera différente.

La diversité des styles de bonsaï est considérable et les codes de cet art ancestral sont complexes et particulièrement codifiés, notamment en ce qui concerne les racines. De nombreux livres et même stages peuvent apporter une aide importante pour comprendre et bien s’occuper de son ou de ses bonsaï. L’élément essentiel à ne pas perdre de vue est que le bonsaï doit dégager la puissance d’un grand arbre, en termes de proportions, d’environnement et de structuration.



Quelles espèces courantes utiliser pour un bonsaï ?

Le ficus retusa est un bonsaï recommandé pour les amateurs: facilité de culture et aspect décoratif en font un petit arbre de choix
Si l’on veut être traditionaliste ou puriste on va se contenter des espèces d’arbres qui poussent naturellement sur le sol chinois ou japonais. En effet, les premiers bonsaï ont été travaillés avec des essences endémiques. Ainsi nous retrouverons certains pins comme le pin blanc, ou bien le ginko biloba ou encore le zelkova du Japon. Mais avec l’exportation de la pratique les bonsaï peuvent être désormais réalisés sur de nombreuses espèces. La plus courante à l’heure actuelle est le ficus carica (figuier). Cette plante devenue habituelle sous nos climats se prête très bien à l’exercice. En outre le ficus est une espèce parfaite pour débuter la pratique du bonsaï et plus particulièrement le ficus retusa qui possède des racines charnues très décoratives.

Certaines espèces peuvent vivre dans les conditions réelles des arbres c’est-à-dire en plein air mais d’autres nécessiteront des protections spéciales durant l’hiver pour leur éviter des gelées. Il existe également des bonsaï qui sont à travailler dans un environnement chaud, en serre chaude plus précisément et parmi ceux-là il y a le ficus benjamina (figuier pleureur), la rose du désert ou bien l’arbre de Jade, une espèce de crassule.

Si vous souhaitez avoir un bonsaï d’intérieur, les espèces les plus faciles à trouver et à entretenir sont les ficus. Il sera plus aisé de se faire la main pour ce qui est de la taille avec un bonsaï déjà formé. Les trois premières années de transformation d’un arbre en bonsaï sont critiques et peu évidentes à accompagner. Il est donc préférable de se faire la main sur un bonsaï déjà amorcé, toutefois commencer avec un semis ou une bouture vous permettra de configurer la forme du votre bonsaï comme vous le souhaitez. Le ficus permet de démarrer la pratique à moindre coût et engage donc moins d’argent en cas d’erreur.

Pour les bonsaï d’extérieur il convient de privilégier les espèces qui poussent naturellement dans votre zone d’habitation. Le frêne est un sujet idéal. ^L'aubépine, le houx, le pommier sont également "bonsaïfiables". En effet, s’il existe des arbres d’une certaine espèce c’est que les conditions climatiques lui conviennent, elles conviendront donc également à votre bonsaï. Le ficus sera une espèce qui pourra pleinement vivre en extérieur, il sera toutefois à préserver du froid hivernal.

En conclusion les bonsaï demandent de la patience pour observer les résultats attendus qui seront au rendez-vous grâce à des soins réguliers.



La taille du bonsaï

La taille du bonsaï n’est pas la finalité de cet art mais le moyen pour arriver à rendre toute la force d’un arbre dans une taille minimale. Les dispositions, l’équilibre des masses doivent être respectés afin que tout soit en harmonie complète et que ce qui caractérise un grand arbre soit représenté, hormis la taille évidemment !

La taille du bonsaï se fait avec des ciseaux, un petit sécateur ou encore une pince concave spéciale. Il convient de désinfecter les lames avant de les utiliser afin de ne pas propager une bactérie d’un bonsaï à l’autre. Il faut être à bonne hauteur pour pouvoir avoir une vue d’ensemble du bonsaï, une vue par le dessus n’offrirai pas une vue d’ensemble correcte. La vision du tronc étant primordiale.

Taille de structure du bonsaï

Entretenir une forme est une chose mais déterminer une forme en est une autre. Cette étape fondamentale permettra de définir la forme finale du bonsaï. Prélever telle ou telle branche impactera forcément l’aspect final et il convient de se projeter un minimum pour anticiper l’évolution de l’arbre. Le Ficus carica est une espèce qui se prête assez bien à la pratique. Sa croissance rapide permet de voir des résultats relativement vite. Le ficus est une espèce résistante et que l’on trouve facilement. Côté adaptation au climat le ficus est résistant et peut être entretenu sous toutes les latitudes. Il existe plusieurs variétés de ficus qui peuvent être taillées de manières différentes. Selon le type de ficus, les feuilles vont être différentes et les possibilités de taille de structure seront nombreuses.

Selon la forme finale que l’on veut obtenir on va grâce à la taille de structure diriger l’arbre.
Il existe quelques règles de bases à appliquer à quasiment tous les bonsaï comme par exemple le fait de couper toutes les branches qui masquent le tronc du côté duquel il sera le plus regardé. Il convient également de retirer les branches qui poussent à la verticale ou qui sont trop épaisses sur le haut de l’arbre, les branches basses doivent être plus épaisses que les branches hautes. La forme générale du bonsaï doit inspirer l’élévation, comme les arbres grandeur nature. Couper des branches épaisses peut laisser des marques peu esthétiques il convient pour celles-là d’utiliser une pince concave qui permet de minimiser la blessure subie par l’arbre.

La taille de structure d’un bonsaï dépendra donc de la forme finale que l’on souhaite lui donner. Il existe dans la tradition japonaise et chinoise, de nombreux styles qui déterminent les caractéristiques de tel ou tel bonsaï. Ainsi si plusieurs arbres sont plantés dans un même pot et entretenus à la manière d’un bosquet, le nom variera en fonction du nombre de troncs présents. Cela s’appellera Gohon Yose s’il y en a 5, Nanahon Yose s’il y en a 7 et Yose-ue s’il y en a plus de neuf.
Sur un bonsaï dit Sakan, le tronc sera penché comme les arbres des zones côtières soufflés par le vent.
Quant au Kengai, ces derniers poussent en cascade et retombent en dessous du niveau des racines, comme peuvent le faire des arbres sur une paroi rocheuse.
Les ficus se prêtent très bien à de nombreux types de bonsaï et sont relativement indulgents quant à des erreurs d’entretien de « débutant ». La croissance rapide du ficus en fait l’une des espèces les plus faciles à aborder. Le prix de cette espèce fait du ficus l’un des plus prisé puisqu'accessible.

Taille d’entretien du bonsaï

La taille d’entretien intervient après quelques années de taille de structure. Elle concerne les feuilles et les branches de la dernière pousse.

Prenons l’exemple d’un ficus, une fois que l’arbre a atteint la structure qu’on souhaite s’entame alors le long parcours de l’entretien. Il convient deux fois par an généralement de procéder à la taille, et ce avant et après la période de pousse (soit au printemps et à l’automne). Tailler régulièrement un ficus est important car cela va lui permettre de libérer sa force de croissance à l’intérieur de la forme souhaitée. En effet, si vous laissez grandir l’arbre comme il le souhaite il va chercher à gagner du terrain et à s’étendre. Vous perdrez de vue la forme que vous souhaitiez lui donner au détriment du cœur de l’arbre qui se retrouvera alors dégarni.

Concernant la taille il faut amener l’ensemble des branches et des feuilles à occuper le volume attendu. Il n’est pas correct de couper une feuille en deux pour atteindre le volume souhaité. Cela serait préjudiciable à la bonne santé de l’arbre.

Taille des racines

Une forte taille d’entretien des feuilles ou de structure d’un ficus doit également s’accompagner d’une taille des racines. Cette taille peut intervenir à chaque rempotage de l’arbre. Il conviendra alors de tailler les grandes racines qui partent de manière verticale. De ce fait, le réseau racinaire latéral sera renforcé et apparaitront alors des racines plus fortes et aériennes tout autour de l’arbre (on les appelle les nébaris).
Laisser le réseau racinaire partiellement apparent permet d’instituer une certaine stabilité à l’image que le bonsaï donne. Il existe même une technique dite du garrot qui permet de forcer la création de racines en enserrant le tronc de l’arbre d’un fil de cuivre à l’endroit où l’on souhaite voir apparaitre des racines. Cette pratique va limiter l’afflux de sève et l’arbre pour y palier va développer de nouvelles racines. Le garrot peut rester en place près de deux ans mais son retrait peut entrainer des marques qui nécessiteront d’être soignées après le retrait du fil grâce à de la pâte cicatrisante.

Après la taille

Tailler un bonsaï doit s’accompagner d’un arrosage afin qu’il puisse puiser ce qu’il lui faut comme nutriments dans la terre. Il est conseillé pour un bon arrosage de tremper la motte de terre qui compose le pot et de laisser s’écouler le surplus d’eau. Pour les bonsaï en extérieur il faut être vigilent après une pluie à ce que les coupelles éventuelles ne conservent pas trop d’eau afin que l’humidité ne pourrisse pas la terre.


Bon à savoir

Orthographe:
vous aurez sans doute remarqué dans l'article que bonsaï au pluriel ne possède pas de "s" et s'écrit encore moins "bonzaï" !


Crédits photos

Freedigitalphotos.net
et le site d'un passionné de bonsaï.



Questions/réponses sur le forum

goshin Mes bonsaï (79 réponse(s))
marie 974 Bonsaï: art ? torture ? quelques précisions (8 réponse(s))
Mimi Question de Bonsaï (1 réponse(s))
Alain Lefèvre bassin aquatique , piscine bio , bonsaî . (1 réponse(s))
Alain Lefèvre Au secours, Bonsai malade! (1 réponse(s))
Aquarella Pousse pour futur bonsaï (0 réponse(s))
eate Bonsaï, Cochenilles & Guzmania (0 réponse(s))

Posez vous aussi votre question!



En Mars


Et bien d'autres encore!



1jardin2plantes c'est 1004 articles et conseils illustrés par 4845 photos autour des plantes que ce soit au jardin d'ornement, au potager, sur votre balcon ou terrasse et en intérieur.


1jardin2plantes, c'est toute l'information autour des plantes, une petite encyclopédie du jardin à partager